Qui est PAN!21 ?

PAN!21 est une structure associative créée par Arthur Scanu et Malo Patron, en novembre 2016, dédiée à la poésie, sa création et sa diffusion.

Nous travaillons en collectif, adaptant chaque œuvre à un format pertinent en fonction du lieu d’exposition. Notre thématique principale est l’hypermodernité. Nous la définissons comme l’ensemble des changements produits dans notre manière de penser et de voir le monde, de communiquer, de considérer l’autre, au contact des nouvelles technologies et de ses langages. Ainsi, pour exprimer au mieux la multimodalité contemporaine, nous préférons les formes hybrides, mêlant la vidéo, la musique, la mise en scène, les installations et bien sûr le livre, gardant comme pivot essentiel la poésie. À notre ambition artistique correspond une amibition culturelle de diffusion innovante et originale, considérant chaque lieu comme une opportunité de renouveller le rapport des personnes à la poésie.

_____________________________________________________________________________


Arthur Scanu
/

1995. Marseille.
Après une adolescence marquée par la découverte des surréalistes, il développe très vite le désir de saisir l’air du temps, de le transformer, de le réduire et de le restituer dans un langage plus brut et plus intime. En explorant la langue commune, parasitée par les médias et les nouvelles formes de communication, il pose un regard aiguisé sur notre époque, qu’il retranscrit à travers ses textes. Depuis la création de PAN!21 en 2016, il n’a de cesse de chercher des formes nouvelles pour la diffusion du poème, afin de remettre la poésie au cœur de la vie sociale et culturelle.

 

 

Malo Patron /

1995. Nevers.
Sa poésie s’inscrit dans des textes où la communication sociale est devenue un loisir essentiel. Indiquer, suggérer, témoigner, partager, médiatiser, ordonner à chacun sa langue. Entre elles – qu’elles soient publiques ou privées, publicitaires ou intimes –, les rencontres sont à encourager, de préférence n’importe quand, n’importe comment et n’importe où. Imaginer ces points de contact permet à Malo Patron d’être seul à plusieurs – parfois l’inverse –, mais surtout d’être n’importe qui.